vendredi 15 août 2014

L'appel russe à l'Allemagne

Ce texte est le coup de colère d’un citoyen russe, adhérant aux valeurs européennes, contre l’attitude allemande face aux événements en Ukraine. Au delà de la dureté des mots, il permet de prendre conscience du sentiment de trahison ressenti par les Russes, surtout ceux qui, comme lui, avait l’espoir d’une Europe unie et pacifiée intégrant la Russie. Peut-être espère-t-il, par la force des ses propos, éveiller un sentiment de honte, non seulement chez les Allemands, mais aussi chez les Français et chez tous les Européens. Sentiment qui serait salutaire et éviterait une guerre civile européenne, qu’elle soit d’ordre économique ou pire encore.

The French Saker

L’appel russe à l’Allemagne


Mon nom est Egor Prosvirnin, je suis le rédacteur en chef du site russe sputnikipogrom.com qui défend des valeurs européennes. J’ai souvent entendu dire que l’un des aspects de la vie que chérissent les Européens, et en particulier les Allemands, c’est l’histoire. Si l’on devait évoquer l’histoire récente, il faudrait se rappeler qu’une immense armée de 300.000 soviétiques, assistés de 5.000 tanks, de 1.500 avions et de 10.000 pièces d’artillerie (incluant des armes nucléaires tactiques), a simplement quitté l’Allemagne nouvellement réunifiée sans tirer le moindre coup de feu.

Ce fut une opération sans précédent par son ampleur et sa rapidité que cette armée soviétique complète se retirant littéralement à travers champs. Obéissant aux ordres du commandement suprême, des dizaines de milliers d’officiers soviétiques quittèrent leurs baraquements chauffés pour aller vivre dans de simples tentes moisies montées au milieu de champs détrempés et couverts de neige. Souvent avec leur famille.

Pour quoi ?

Par espoir. Espoir que les pages sombres de l’histoire entre nos deux pays soient enfin tournées, et pour toujours, du passé. Espoir que nous n’ayons plus à maintenir des colonnes de chars au centre de l’Europe, et que l’Europe considèrerait et respecterait nos intérêts. Espoir qu’en cette Allemagne unifiée, nous ayons une bonne amie et alliée, avec laquelle la Russie pourrait réaliser le rêve de Charles de Gaulle d’une Europe unie s’étendant de Lisbonne à Vladivostok.

Alors que nos armées quittaient l’Allemagne, on a dit à nos soldats que l’Allemagne avait reconnu et racheté ses erreurs du passé, qu’il ne restait plus de problème non résolu avec elle et que nous n’entendrions plus de voix allemandes appelant à se venger de la Russie ; de sorte que nous n’avions plus besoin de notre armée de chars positionnée au milieu de l’Europe.

Que dorénavant, les Russes et les Allemands étaient amis, et que des amis n’ont pas besoin d’une vaste armada de blindés et de chars. Que les Russes devaient cesser de redouter une Allemagne unifiée et qu’ils pouvaient désarmer.

Et nous avons donc désarmé. Et pendant 20 ans, nous avons eu le sentiment d’avoir eu raison, nous avons cru que le passé était oublié pour toujours, et que les Allemands avaient apprécié la vitesse à laquelle nous avions fermé nos bases et ramené nos troupes à la maison (même si les bases américaines sont encore en Allemagne à ce jour). C’est dans les bons moments que nous faisons connaissance de nos amis, c’est dans les périodes difficiles que nous les connaissons vraiment ; et une période difficile est arrivée avec la crise ukrainienne. Il est devenu clair alors que les allemands sont oublieux du bien qu’on leur a fait. Il est devenu évident que les Allemands n’ont pas retenu les leçons du passé et qu’ils ont pris le démantèlement et le retrait volontaire de notre machine de guerre non pas comme un acte humaniste et de bonne volonté, mais comme une manifestation de faiblesse.

Lorsque les Américains ont élevé la voix et parlé fermement à la chancelière allemande qu’ils avaient, durant toutes ces années, gardée sous surveillance comme une femme de ménage indélicate, il s’est avéré que toute la société allemande s’est mise à sautiller autour du maitre américain comme un chien bien obéissant… alors même qu’un conflit avec la Russie allait à l’encontre des intérêts économiques et politiques allemands. Si quelqu’un émouche son épée, enlève son armure, interrompt les préparatifs de 3ème guerre mondiale de l’ère soviétique et tend la main aux Allemands, il semble donc que ceux-ci soient prêts à cracher dans cette main tendue à la première opportunité.

Et il s’avère que les Russes sont de nouveau des « Untermensch » [NDT : sous hommes], sur lesquels on peut se déchaîner en toute impunité à travers les pages de la presse allemande, et que la majorité du Bundestag peut leur imposer des sanctions punitives sans laisser la moindre opportunité à la Russie de défendre ouvertement et équitablement sa cause. Il s’avère, à l’inverse, que le gouvernement ukrainien peut, lui, sans avoir à rendre de comptes, interdire la langue russe, emprisonner des activistes russes, cibler des zones résidentielles avec ses tirs d’artillerie, tuer des milliers de civils, russes pour la plupart, et que tout cela est normal. Normal car l’Ukraine est une « démocratie », et normal car cela convient aux Allemands puisque les Russes sont des « sous-hommes », puisque les Russes sont des juifs dont le sang n’a aucune valeur pour les Allemands. Et qui plus est, pour essayer de se défendre, pour essayer de riposter contre les tirs des forces armées ukrainiennes, les Russes doivent être punis, publiquement persécutés, leur volonté de résister doit être brisée, et ils doivent être internés de force dans un ghetto Russe international.

Ensuite, que ce ghetto soit brulé, comme la maison des syndicats d’Odessa fut incendiée avec 49 manifestants pro-russes à l’intérieur. Savez-vous de quelle manière les réseaux sociaux ukrainiens ont réagi à cet holocauste ? En qualifiant les morts de « chiche-kebabs Colorado » [NdT : kebabs de doryphore ; le doryphore est surnommé « bête du Colorado », du nom de l’état américain où il a pullulé pour le première fois en 1865 ; et les pro-russes ou supposés tels sont surnommés ainsi à cause des couleurs de la carapace du doryphore, striée de noir et d'or, et ressemblant au ruban de Saint Georges qui symbolise la lutte contre le fascisme et qui est notamment porté lors des célébrations de la fin de la deuxième guerre mondiale] : c’est là ce qu’ont écrit des dizaines de milliers de gens sur les réseaux sociaux ukrainiens, légendant de propos indécents les photos des corps calcinés.

Nous sommes à nouveau des sous-hommes, à nouveau nous ne sommes rien d’autre que des animaux que les nazis ukrainiens peuvent tuer en toute impunité, pour créer une « Ukraine sans Russes ». Selon les données collectées par Human Rights Watch, durant le seul mois de juillet dernier, les Ukrainiens ont tué 1150 CIVILS RUSSES PACIFIQUES dans l’est du pays, et ces tueries continuent quotidiennement. Pourquoi ne protestes tu pas, Allemagne ? Ou sont tes sanctions contre l’Ukraine ? Ou est cet humanisme tant vanté que tu prétends avoir appris depuis 1945 en reconnaissant tes erreurs du passé ?

Saur-Mogila, qui est situé sur des hauteurs stratégiques et qui est un mémorial aux soldats Russes qui moururent là-bas, il y a 70 ans, au cours d’une bataille acharnée contre la Wehrmacht, a encore été dévasté. Cette fois par le bataillon ukrainien « Azov » arborant son insigne de Wolfsangel [NdT : ange-loup], un symbole des 2ème, 4ème et 34ème divisions SS, et tu gardes le silence ! Les milices russes se mettent à couvert derrière les statues de granit des soldats soviétiques pour échapper aux balles tirées par la « garde Nationale » ukrainienne, et tu oses être d’accord avec ce non sens américain qui parle « d’agression russe » ! Les ukrainiens tirent sur des villes à coup de missiles balistiques, laissant des cratères là où il y avait des maisons, et tu imposes des sanctions non pas à l’Ukraine, mais à la Russie !

A nouveau, leurs troupes tuent des civils russes désarmés, et tu te demandes s’il n’est pas temps de livrer des armes à ces assassins pour qu’ils puissent tuer plus de Russes ? Tous tes tant vantés « devoirs de mémoire » et « leçons du passé » ne sont simplement qu’un tas de merde, car, une fois de plus, devant tes yeux, des civils désarmés sont massacrés et tu applaudis et promets même à ces assassins ukrainiens des financements nouveaux.

Vous n’avez pas appris l’humanisme, vous les Allemands. Vous n’avez pas appris la responsabilité, vous n’avez pas appris à résister au Mal et à lui dire en le regardant droit dans les yeux : « Non, tu es le tueur, je ne t’aiderai pas, tu dois arrêter immédiatement tes meurtres ». Vous n’avez pas appris à être responsables, indépendants, à être un peuple libre, capable de rendre le bien pour le bien.

Vous êtes des esclaves qui pensent que la bonté est une faiblesse.

En 1934, Hitler vous a menés comme des moutons, et en 2014, c’est Obama qui est votre berger. Si demain, en Allemagne, les Américains ouvrent un camp de concentration pour les Russes, la moitié d’entre vous enverra immédiatement son CV pour essayer d’obtenir un poste d’opérateur de chambre à gaz, et votre presse commencera à expliquer à quel point ce camp est patriotique et bon pour l’économie allemande. Et vous ne tarderez pas à tuer ces sous-hommes russes, à confectionner des abat-jours avec leur peau parce qu’ils ont osé résister, et à envoyer votre ouvrage à Washington dans un joli paquet pour complaire à votre allié américain.

Les Allemands n’ont pas passé le test. Quand le Mal est revenu en Europe, vous n’avez même pas essayé de lui résister, et vous vous êtes immediatement prosternés à ses pieds comme un esclave à ceux de son maitre tant attendu et enfin de retour. Servez donc le Mal, imposez des sanctions, encouragez le meurtre de Russes, fournissez des armes aux tueurs de Russes, justifiez ce genocide : quelle sera la fin de votre histoire, on le sait déjà, car le Mal ne peut pas gagner.

Je terminerai ce texte sur la fameuse phrase d’une fameuse femme d’état américaine, Ms. Victoria Nuland, qui visiblement prend les décisions concernant l’Ukraine à la place de votre chancelière :

« Fuck the EU » [NDT : Que l’Europe aille se faire foutre !].

Que cela vous plaise ou non, admettez que les Américains sont des gens intelligents, capables de déterminer avec précision le « prix » d’une Allemagne réunifiée et celui d’une Europe unie.

Source : http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/08/the-russian-appeal-to-germany.html

vendredi 11 juillet 2014

Juste retour des choses

J'ai pouffé de rire quand j'ai lu cette information sur le site de La Montagne :

Photo : La Montagne
(En bleu, mes commentaires)
Pendant quelques jours, un commerçant a écrit sur sa vitrine qu’il interdisait l’entrée de son magasin aux « animaux et aux francs-maçons ». Choquées, les loges locales n’ont pas tardé à réagir.
«L'entrée du magasin est interdite aux animaux et aux francs-maçons. » Ce message a été affiché jusqu'à la semaine dernière sur la porte d'entrée d'un commerce de la zone de Châteaugay. Son auteur l'a finalement retiré, mais l'émoi qu'il a suscité au sein de trois loges présentes à Montluçon est considérable. « Nous avons tous fait remonter l'information à nos obédiences », témoigne une « soeur » de la Grande loge féminine de France.

« Horrifiée »
Un membre local du Grand Orient s'est même « penché sur les textes de loi » afin de savoir s'il était possible de poursuivre le commerçant. « A priori, il risque simplement un rappel à la loi. Mais la Ligue des droits de l'Homme, qui a été prévenue, pourrait lui envoyer un courrier. »

La « soeur » qui a contacté La Montagne explique avoir « très mal vécu » d'être assimilée à un animal. « Quand on m'a appelée pour m'expliquer ce qu'avait écrit ce commerçant, j'ai aussitôt pensé aux panneaux interdisant l'entrée de magasins aux juifs pendant la seconde guerre mondiale (ben allez, les heures les plus sombres de notre histoire et tout le tintouin habituel...) On sait très bien en quels termes certaines personnes parlent de nous quand elles sont en privé (pauvre chochotte). Être stigmatisé, ce n'est jamais agréable. Mais le voir affiché sur une vitrine, cela fiche un coup. Ce qui m'a le plus horrifiée, c'est que les clients de ce magasin n'ont pas réagi. Quand on ne retient pas les leçons de l'Histoire, elles nous reviennent toujours à la figure. » (tu crois pas si bien dire, ceux-là même qui ont guillotiné risquent de finir dans un panier en osier ah ah ah)

Le commerçant, lui, se défend de toute analogie antisémite. Hier matin, nous avons demandé au commerçant pourquoi il avait apposé cet écriteau sur sa vitrine. « C’était un simple mouvement d’humeur parce que je trouve que la société part en sucette, explique-t-il. Ce n’était pas dirigé contre quelqu’un en particulier. » Le commerçant précise toutefois que son message avait « une portée politique, par rapport à toutes les attaques qui ont été portées contre la famille ces derniers temps. » (bravo !) Il y voit, entre autres, la marque de la franc-maçonnerie, une « nébuleuse très influente » selon lui. « La France est quand même devenue un drôle de pays, on ne peut plus s’exprimer, juge-t-il (exactement !). J’ai fini par enlever l’écriteau sur les conseils de ma femme et parce qu’un client m’a fait une remarque. Mais j’assume ce que j’ai fait. ». Il a fini par enlever son panneau, mais, selon la « soeur » jointe hier par téléphone, « plus aucun franc-maçon n'ira faire des achats chez lui ! »

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et bien ce commerçant a toute ma sympathie, déjà parce qu'il m'a fait rire et ensuite parce que ce n'est qu'un juste retour des choses :
Cette société secrète qui n'accepte que les "initiés", qui copine à tout va pour se rendre des services mais seulement entre francs-macs, nous sort sa tirade sur la discrimination ! On va où là ?

jeudi 10 juillet 2014

On a enfin retrouvé la boite à outils

On a enfin retrouvé la boite à outils de Hollande, et c'est Arnaud Montebourg, Ministre de la sodomie de l'économie et du redressement productif qui l'a déniché planquée sous un bureau à l'Elysée.
C'est pas moins de 6 hectolitres de vaseline 6 milliards d'euros qu'il veut redonner aux Français et ils en ont bien besoin pour faire passer en douceur le kit de mesures que le gouvernement s'apprête à mettre en place.

Boite à outils : à prescrire en cas de crise
NB : notice en cours de traduction

Merdia se dit Presstitutes ou Media Whores en anglais

Merdias = terme argotique utilisé pour désigner les médias français, ces putes qui bénéficient de larges subventions par l'état. Exit l'indépendance de la presse officielle, une légende urbaine. Les médias français mentent par omission et copient-collent les communiqués de l'AFP où tout le gratin politique est invité lors de pots de départs. Les politiques et les journalistes couchent ensemble, c'est un vaste lupanar quoi.
Qu'ils aillent tous se faire mettre justement.



Si j'en parle avec véhémence et colère aujourd'hui c'est parce que les enjeux sont graves. La France et ses politiques successives, conduites par une union Européenne non démocratique pilotée en sous-main par les Etats-Unis, sombre totalement. La colère gronde, notre souveraineté a disparu, le peuple n'est plus représenté et pire encore, la France dont la politique extérieure est calquée sur l'UE OTANisée et donc sur celle des USA prend part à des guerres illégales semant le chaos et la désolation.




La France participe au démembrement de régions entières au proche-orient et ailleurs comme en Ukraine.

La France acoquinée au Qatar et à l'Arabie Saoudite finance l'islamisme radical.

Elle participe ainsi à la déstabilisation d'équilibres précaires pouvant nous mener à un conflit majeur mondial.




Il est intéressant de noter que le ressenti des citoyens américains vis-à-vis de leur presse est similaire au notre.
Je vous invite à lire avec attention cet article de Broadcastingcable qui explique que, non sans cynisme, plusieurs dizaines d'associations de journalistes complètement vendues au système commencent à se plaindre du contrôle excessif de l'administration gouvernementale ! Un comble.

Over three dozen journalist organizations including the Radio Television Digital News Association, National Press Foundation, and the Society of Professional Journalists, have asked the President to drop the "excessive controls" on public information by federal agencies, branding it "politically driven suppression of news and information about federal agencies."

Mais plus intéressant encore et Ô combien révélateur, lisez je vous prie les commentaires des internautes américains à la suite de cet article de Broadcastingcable. Ci-après quelques-uns triés sur le volet :





Ils ne sont pas dupes. Ils incendient tous la presse officielle appelée Presstitutes, et plus largement les Media whores.
Ils dressent tous le même constat accablant que votre serviteur ici-présent, partagé par un nombre croissant de français écœurés par la collusion des genres et le déni de démocratie de nos élites bites politiques.

Allez, je vous laisse... Tea-Time...


mercredi 9 juillet 2014

La conne du jour !

Encore une information dénichée à l'instant grâce à twitter.


Pour ceux qui veulent vérifier allez sur le site de cette... Sénatrice (WTF ?)
Plus que jamais, en ce qui me concerne, je sais désormais très clairement quels sont les nuisibles qu'il va falloir éradiquer de toute urgence.

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.